Assystem Graduate Program

Assystem Graduate Program

15 juin 2018
Apprentissage formation GraduateProgram stage
Lire l'article

Nestlé, Auchan, Crédit agricole, Orange, Coca-Cola, Total ou encore Carrefour, toute grande entreprise se doit aujourd’hui de proposer un Graduate Program digne de ce nom. Ces programmes accessibles aux jeunes diplômés sont des parcours de formation intégrants mis en place par les entreprises pour charmer les meilleurs éléments. Lancé il y a à peine un an, au printemps 2017, le Assystem Graduate Program s’inscrit dans le développement de la marque employeur d’Assystem. Une marque employeur qui vise à attirer et fidéliser les nouveaux talents de l’ingénierie pour perpétrer une tradition d’innovation et d’excellence. Cette initiative vient compléter un éventail de dispositifs déjà mis en place au sein d’Assystem comme la campagne d’intégration des cent stagiaires, les événements recrutement ou encore les différents partenariats avec les écoles.

Le Graduate Program d’Assystem est le premier et le seul programme de ce type dans le secteur de l’ingénierie en France. De quoi propulser Assystem comme un pionnier dans l’intégration et la formation des jeunes diplômés. Ce Graduate Program qui permet à Assystem de se différencier dans le secteur, vise, entre autres objectifs, à préparer la nouvelle génération aux fonctions de dirigeants au sein de l’entreprise. Les 24 mois du programme se décomposent en 3 rotations, 3 missions de 6 à 12 mois, dont une se déroulant à l’international, dans nos locaux ou chez nos clients, selon les envies du candidat. Le but est de faire découvrir aux jeunes diplômés l’ensemble des secteurs du métier : technique, projet, management et vente. Évidemment, si le candidat se sent d’ores et déjà plus attiré par l’une des branches, Assystem orientera son parcours pour qu’il puisse optimiser ses compétences, en lui trouvant notamment une mission adaptée à ses ambitions. Tout en assurant un diaporama complet des autres secteurs. Ce parcours de formation et d’intégration est exclusivement à destination des jeunes diplômées à haut potentiel et des juniors bénéficiant d’un à trois ans d’expérience. 

Des candidats à fort potentiel

Le Graduate Program s’adresse aux meilleurs éléments. L’objectif est de les aider à développer ce potentiel, mais également de dynamiser les effectifs d’Assystem. Les prérequis pour intégrer le Graduate Program sont les suivants : être issu d’une école d’ingénieurs ou de commerce, parler couramment anglais, avoir l’esprit d’équipe, être autonome et capable de prendre des décisions sur des dossiers parfois exigeants. En bref, être en phase avec l’état d’esprit d’Assystem qui, en société de services, privilégiera toujours le savoir-être au savoir-faire, qui peut s’acquérir petit à petit. L’appétence pour le monde du service, qui nécessite flexibilité, mobilité, capacité d’adaptation, tant face à l’envergure des projets traités qu’aux mouvements en interne, est également indispensable. Un profil qu’Assystem a su trouver en la personne des deux premières candidates du Graduate Program : Orianne Briquet et Najwa Zerrad. À 22 ans, Najwa Zerrad, est ingénieure généraliste, diplômée de l’École nationale supérieure d’arts et métiers. Formée au centre d’Aix-en-Provence, puis à Paris, elle a effectué plusieurs stages dans le milieu du nucléaire. « J’ai toujours été très attirée par ce secteur, explique-t-elle, mais je ne souhaitais pas travailler pour le constructeur, je préférais interagir avec plusieurs acteurs du nucléaire, et ne pas traiter uniquement de l’exploitation ou du démantèlement. » Les Graduate Program, dont elle connaissait le principe ne répondaient pas forcément à ses attentes : « Trop codifiés, souvent concentrés sur un métier en particulier ». C’est la liberté du programme Assystem qui l’a séduite et l’a poussée à postuler.

Un parcours sur-mesure

Car la particularité du Graduate Program d’Assystem, c’est sa flexibilité. Chaque parcours est conçu en fonction des appétences et des aspirations du candidat. Impossible de vendre en amont un programme pré-défini sur papier, tout sera établi une fois le profil du diplômé étudié. Un souci de personnalisation qui vise à proposer un programme à forte valeur ajoutée aux participants. Cette flexibilité, Najwa Zerrad l’apprécie particulièrement. « Le principe du Graduate Program n’est pas de me former à un métier en particulier, mais de me faire bouger d’une mission à une autre pour que je trouve mon bonheur, confie-t-elle. C’est exactement ce que je recherchais à la sortie de l’école : l’opportunité de découvrir les différentes professions du secteur, les différentes problématiques de chaque branche pour qu’ensuite, je sache avec précision dans quel domaine je souhaite exercer ». Commencée en octobre 2017, sa mission consiste à gérer l’avancement de la construction d’une nouvelle centrale en Angleterre. « La direction du Graduate Program m’a positionnée sur cette mission pour que je puisse avoir une vision globale de la prestation d’une centrale, explique Najwa Zerrad. J’interviens, sans entrer dans les détails techniques, dans la construction de tous ces bâtiments. C’est un énorme projet qui mobilise 23 000 personnes, une incroyable opportunité pour moi de comprendre tous les enjeux de ce genre de mission et d’apprendre sur tous les métiers du nucléaire », explique celle qui interagit chaque jour avec une vingtaine de personnes différentes, chacune travaillant dans un domaine spécifique. 

Un mentoring personnalisé

Une mission dont Najwa Zerrad peut régulièrement discuter avec son manager, avec qui elle s’entretient chaque semaine. « Lors de ces réunions, il prend le temps de m’expliquer le métier, de me sensibiliser aux différents projets, me présente l’entreprise, sa structure, sa culture, m’intègre à son réseau, détaille-t-elle. Au début, on veut tout savoir, mais on ne sait pas par quoi commencer, là, je pose toutes les questions qui me passent par la tête, et j’ai mes réponses. » Tout au long du parcours, les candidats sont suivis et épaulés par un membre du comité exécutif d’Assystem. Ce mentor est désigné en fonction de ses compétences et de leurs compatibilités avec le projet du candidat. Le nombre d’admis au programme est limité à 5 par an, justement pour garantir cet accompagnement sur-mesure. « Toute l’idée du Graduate Program est de faciliter les rencontres entre ingénieurs tout juste diplômés et ingénieurs expérimentés, pour que les premiers profitent des conseils des seconds », explique Najwa Zerrad pour qui ce tutorat apporte au programme une plus-value considérable : « le mentoring, le suivi dont nous bénéficions est inestimable en début de carrière. J’en parle régulièrement autour de moi et je vois que ce traitement de luxe n’existe pas dans d’autres entreprises. »

Un pari sur l’avenir

Le programme offre aux participants de véritables opportunités de participer à des projets de haut vol, de prendre des responsabilités, d’acquérir une expérience aguerrie dans la gestion d’équipe et d’opération. Un accompagnement élaboré pour intégrer les jeunes diplômés aux équipes d’Assystem déjà en place. Les candidats du Graduate Program font en effet pleinement partie de l’entreprise, ils ne sont pas de simples stagiaires, mais de véritables employés d’Assystem. Dans le cadre du programme, ils signent ainsi un CDI et intègrent les rangs au même titre que les autres salariés. « Je ne suis là que depuis 5 mois, mais je ne me vois plus travailler ailleurs, explique Najwa Zerrad. Je ne me sens pas comme une pièce rapportée, mais comme un membre à part entière de l’équipe. » Un sentiment d’appartenance que confie également éprouver Orianne Briquet, 25 ans, deuxième admise du Graduate Program : « J’ai été embauchée fin 2015 sur une mission de gestion de projets nucléaires et ce qui continue de me frapper, c’est la culture de l’humain propre à Assystem. » Une culture qu’elle avait découverte dès sa participation à La Chaire Académique dExcellence, en partenariat avec l’INSA Rouen où elle fit ses études avant d’intégrer Assystem. 

Malgré ces un an et demi d’expérience en interne, lorsqu’elle entend l’ouverture d’un Graduate Program, Orianne Briquet n’hésite pas et postule « J’estimais être toujours éligible et après quelques entretiens avec la direction, mon profil a été validé. » Une belle opportunité pour accélérer sa carrière, découvrir des facettes d’Assystem auxquelles elle n’était pas confrontée lors des missions opérationnelles, et bénéficier d’une mobilité internationale. Mobilisée depuis quelques semaines pour une mission de coordination opérationnelle sur le projet nucléaire de Flamanville, Orianne Briquet en découvre tous les aspects techniques. « Cette participation au Graduate Program est une vraie chance, assure-t-elle, je diversifie mes connaissances et jouis d’une émulation très stimulante qui colle tout à fait avec l’innovation propre au secteur du nucléaire. »

Diversifier le secteur

En plus de bénéficier de cette dynamique, Orianne Briquet s’enthousiasme de participer à un programme qui contribue à diversifier le milieu de l’ingénierie en féminisant les effectifs : « C’est un pur hasard si pour le moment nous sommes deux candidates, mais cela reflète très bien la mentalité d’Assystem qui œuvre activement pour que les femmes puissent accéder à des postes à hautes responsabilités ». Une ingénierie plus égalitaire que l’entreprise ambitionne depuis de longues années, notamment avec le programme mixité #IncredibleWomen. Ce souci de mixité et d’égalité des chances s’inscrit directement dans cette fameuse culture de l’humain qui met en avant les collaborateurs et les collaboratrices. « Les sciences et l’ingénierie sont encore perçues par beaucoup comme un secteur masculin, admet Orianne Briquet, Assystem et sa politique inclusive permettent de rappeler que les femmes aussi ont leur rôle à jouer dans ce milieu. Ce genre de politique permet de créer des vocations chez les jeunes filles et de continuer à passer le flambeau à de jeunes talents, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. »

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Hortense Kaufmann

Recruitment manager et créatrice du graduate program Assystem

Nos offres
#INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équi...

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...

Datascientist : portrait-robot d’un ingénieur très recherché

C’est l’un des nouveaux métiers émanant de l’ère numérique. C’est aussi l’un des profils professionnels les plus demandés du marché, de la finance à la santé en passant par l’industrie. À la croisée d...

Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

Faut-il opter pour une méthode rapide de développement informatique du type “vite fait bien fait” ? Ou fignoler les systèmes jusque dans leurs moindres détails ? A priori, tout est histoire de timing ...