Aura-t-on toujours besoin d’ingénieurs demain ?

Aura-t-on toujours besoin d’ingénieurs demain ?

26 février 2020
futur ingénierie technologie
Lire l'article

La question peut sembler provocante. Et pourtant. Face aux progrès fulgurants des technologies numériques, de la robotique et de l’intelligence artificielle, où se placeront les ingénieurs demain ? Comment interagiront-ils avec ? Les « smart » machines viendront-elles se substituer à l’ingéniosité humaine ? Les ingénieurs sont-ils inquiets ? Se préparent-ils aux mutations à venir ? Deux d’entre eux se sont prêtés à l’exercice prospectif. Bilan.

La robotique, le digital et l’IA font déjà partie du quotidien des ingénieurs. Et qu’ils soient les artisans de leur développement ou leurs utilisateurs, aucun n’imagine faire sans demain. Au contraire. « Dans le monde de l’ingénierie, et dans notre entreprise en particulier, l’un des axes stratégiques en termes d’innovation, c’est la digitalisation », raconte Claire Deligant, ingénieure en biosciences de formation et désormais cheffe de projet Innovation chez Assystem. « Les outils numériques et d’intelligence artificielle peuvent nous aider, par exemple, en nous permettant d’analyser des données de masse beaucoup plus rapidement. Un vrai plus pour prendre des décisions plus vite et de manière plus éclairée. Mais in fine ce sera toujours à l’humain ingénieur de décider. IA, robots ou autres logiciels, tous sont des outils créés par des ingénieurs pour être utilisés, notamment, par des ingénieurs ».

Pour elle donc, cette nouvelle révolution technologique n’est pas une source d’inquiétude pour son avenir professionnel ou celui des ingénieurs en général. Elle peut surtout être une opportunité. Pour quoi ? « Redonner ses lettres de noblesse à l’ingénieur », estime Robert Plana, Chief Technology Officer chez Assystem. « Jusqu’à présent nombre d’ingénieurs passent beaucoup de temps à lire des documents. De ces documents, ils extraient les informations dont ils ont besoin et ils les classent dans des fichiers Excel par exemple. Ils font de la vérification. C’est une valeur ajoutée assez faible pour un travail d’ingénieur. Alors que si l’ingénieur développe un modèle qui va permettre de faire une tâche répétitive de façon automatique, ou de réaliser des tâches avec une fréquence impossible à tenir pour un être humain ou une armée d’hommes, on lui redonne toute sa valeur. Les nouveaux outils à notre disposition ou en développement replacent l’ingénieur dans un rôle de conception, de modélisation et d’analyse des résultats. Et accroissent ses capacités de prise de décision éclairée ».

De la théorie à la pratique

Sur le papier, cette révolution se ferait donc plus au service de l’ingénieur qu’à ses dépens. Mais leur formation, leurs connaissances informatiques notamment, et leurs modes de travail ne doivent-ils pas évoluer pour en tirer tous les fruits ? A l’évidence si. « Les ingénieurs sont et seront amenés, sur la base de leurs connaissances métier, à configurer les systèmes qui vont optimiser un process, à concevoir des modèles et puis à analyser les résultats pour prendre les bonnes décisions. En parallèle, nous avons besoin d’ingénieurs spécialisés du digital, les data scientists notamment, pour développer de nouveaux langages, des algorithmes d’optimisation, et demain d’autres innovations basées sur l’Intelligence artificielle. Et à l’amont et l’aval des projets, il faut nécessairement intégrer de nouvelles manières d’interagir, explique Robert Plana. Mais le système se fertilise tout seul finalement. Les ingénieurs métiers apprennent sur le terrain des notions digitales plus ou moins poussées, et les ingénieurs dans le coeur digital apprennent les enjeux sectoriels et le métier ».

Dans les entreprises, il devient ainsi courant d’instaurer des systèmes de couplage entre ingénieurs métier et ingénieurs spécialisés dans la donnée et le codage. Au-delà des formations de base qui évoluent, on demande surtout aux ingénieurs d’avoir un esprit ouvert et un goût pour le travail d’équipe et l’inter-disciplinarité. C’est ainsi qu’ils pourront tirer tous les bénéfices de la révolution technologique actuelle.

« Le métier d’ingénieur reste un métier exigeant, qui demande sans arrêt de découvrir de nouvelles approches, de nouvelles technologies, aux frontières de ce qu’on a appris. C’est comme cela que les ingénieurs continueront à etre utiles. Sinon – j’exagère volontairement le trait – on pourrait réduire la tâche de l’ingénieur à du secrétariat scientifique », assure encore Robert Plana.

Le vrai enjeu : bien utiliser ces nouveaux outils

Si les innovations robotiques et numériques peuvent donc révéler les qualités des ingénieurs, elles mettent néanmoins au défi leur ingéniosité. « En soi, digitaliser pour digitaliser n’a pas d’intérêt, soulève ainsi Claire Deligant. On peut, c’est vrai, être épaté par les nouvelles technologies. Se dire, ah c’est génial ! Mais pourquoi est-ce qu’on le fait ? Et quel est le gain pour la société ? Tout ce que les ingénieurs fabriquent et produisent, ce n’est pas juste pour s’amuser ou provoquer un effet Whaou. C’est pour une utilité sociétale, que les gens puissent vivre dans de bonnes conditions, en bonne santé, … S’approprier les nouveaux outils, c’est donc une étape nécessaire mais il faut savoir pourquoi on les utilise ».

Aujourd’hui, les gains de productivité sont souvent le premier objectif mis en avant pour intégrer les nouvelles technologies. A cela s’ajoute une meilleure appréhension des projets et missions complexes et des bénéfices en matière de sécurité. « On peut notamment optimiser la gestion de la co-activité, autrement dit le couplage entre des tâches. C’est très vrai dans le secteur nucléaire par exemple où, quand une tranche d’une centrale est arrêtée pour maintenance, il faut réaliser 15 000 tâches qui ne sont pas indépendantes les unes des autres. De la même manière, avec les nouveaux outils à notre disposition, on peut mieux gérer les travaux à réaliser en fonction des ressources disponibles. On parle d’optimisation sous contrainte », détaille Robert Plana.

Pour l’ingénierie, l’enjeu est donc de mieux décrire la complexité des projets, de mieux appréhender les aléas, de mieux anticiper les défaillances, « pour finalement avoir des architectures d’infrastructures beaucoup plus résilientes et beaucoup plus robustes ».

A cet égard, Claire Deligant estime qu’il faut aller plus loin dans la réflexion sur l’usage des technologies et plus généralement sur l’avenir de l’ingénierie : « nos méthodes de production sont issues de la révolution industrielle d’un siècle passé. Or notre époque ne fait plus face aux mêmes réalités ni aux mêmes enjeux. Le lutte contre le changement climatique et la dégradation de l’environnement en font partie. Et de ce point de vue, il me semble que les ingénieurs, aidés ou non pas les nouveaux outils, peuvent réellement apporter à la société. En imaginant, en façonnant, les ressorts d’une industrie positive ».

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Robert Plana

Chief Technical Officer Assystem

Claire Deligant

Cheffe de projet innovation Assystem

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Non je ne suis pas un•e super-héros

Pour le commun des mortels, quand  on parle d’ingénieurs, s’impose l’image de Steve Job, inventeur du premier Macintosh et fondateur d’une entreprise désormais trillionnaire, ou encore d’Elon Musk, im...

Mais en fait c’est quoi un ingénieur ?

Ingénieur, ingénieure \ɛ̃.ʒe.njœʁ\ : de l’ancien français engigneor, constructeur d’engins de guerre. > Personne que ses connaissances rendent apte à occuper des fonctions scientifique...

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équi...

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...