Être femme dans le secteur du nucléaire

Être femme dans le secteur du nucléaire

29 mars 2019
Ingénieure Mixité Nucléaire
Lire l'article

Les femmes, avenir de la filière nucléaire ?

Spécialisée en gestion de projets, le parcours quelque peu atypique d’Anne-Sophie l’a menée à un poste des plus intéressants : travailler sur le premier programme nucléaire du Moyen-Orient. À la clé, ce sont 4 nouvelles centrales nucléaires qui doivent voir le jour pour alimenter la région en production électricité. Amna, pour sa part, vient d’obtenir son diplôme d’ingénieure mécanique et d’intégrer Assystem UK pour y concevoir les outils de pointe utilisés dans l’industrie nucléaire.

Tous les chemins mènent au nucléaire

Avec des parcours très différents, Anne-Sophie et Amna ont toutes deux été attirées par ce secteur exigeant qu’est le nucléaire.

L’intérêt d’Anne-Sophie pour la gestion de projets s’est développé pendant ses études. « Étudiante en école de commerce, j’ai opté pour une spécialisation en logistique et supply chain, mais j’ai vite perçu qu’il me fallait développer des compétences plus spécifiques. Sur les conseils de l’un de mes professeurs, j’ai donc préparé et validé la certification Prince 2 en gestion de projets ».

Après quelques expériences en France et à l’étranger, notamment dans le domaine du transport, Anne-Sophie a émigré aux Émirats Arabes Unis, et poussé la porte des métiers du nucléaire. « Le domaine de l’énergie m’intéressait énormément, et les projets ambitieux lancés aux EAU m’ont donné l’opportunité de rentrer dans ce secteur exigeant ». Employée chez Assystem depuis plus de 4 ans, Anne-Sophie a peu à peu évolué, alliant à des compétences en management de projets de nouvelles responsabilités en business development en lien avec la centrale. « Je travaille actuellement sur un projet fantastique, qui implique 50 à 60 nationalités différentes. C’est très galvanisant ! »

De son côté, Amna avoue qu’elle s’est laissée « choisir » par le domaine de l’énergie nucléaire. « Je suis fière d’être la première ingénieure de la famille ! Au cours de mes études, j’ai opté pour le domaine de l’ingénierie de la mécanique afin de garder mes options ouvertes. Et en parallèle, j’ai travaillé en tant qu’apprentie à Chinook Sciences, en design industriel. Alors, une fois son diplôme en poche, j’ai voulu continuer dans ce domaine, et j’ai été séduite par l’opportunité de travailler dans un créneau si spécialisé qu’est l’outillage dans le domaine du nucléaire. Ce n’est que le début, je suis en plein apprentissage, mais c’est très enrichissant ! »

Être femme ou ne pas l’être dans le secteur du nucléaire, telle n’est pas la question

Amna, nouvellement arrivée dans le secteur de la production d’énergie nucléaire, n’a jamais été victime de propos discriminatoires, d’actes sexistes ou d’inégalités et affirme n’avoir « jamais perçu de différence de traitement, que cela soit en cours, en entretien, ou désormais en poste. Même s’il serait agréable d’avoir plus de femmes ingénieures ».

Anne-Sophie confirme également ce ressenti sur la place des femmes dans les métiers du nucléaire dominés principalement par les hommes. « Contrairement aux idées reçues, être femme dans un secteur perçu comme traditionnellement masculin, qui plus est dans une région où les différences homme-femme peuvent sembler (à tort) importantes, ne m’a jamais posé de problème » explique Anne-Sophie. « Dans mon métier, être un homme ou une femme, ce n’est pas impactant. Ce qui compte, ce sont les compétences ».

Anne-Sophie rapporte également les relations qu’elle entretient avec ses collaborateurs hommes ou femmes à l’étranger et les stéréotypes que peuvent avoir les européens sur le Moyen-Orient concernant la discrimination, le sexisme et le manque d’égalité hommes femmes, choses auxquelles elle n’a pas été confrontée. « J’interviens actuellement en direct auprès d’ENEC, l’Emirates Nuclear Energy Corporation, propriétaire des centrales nucléaires en construction, et Nawah Energy Company, opérateur nucléaire. Ce projet dont je fais partie est international et parfaitement mixte, bien que je ne travaille moi-même que rarement directement avec d’autres femmes. J’entretiens de très bonnes relations avec tous mes collègues, masculins ou féminins ».

« Et en termes de clichés culturels que les européens pourraient avoir des Émirats Arabe Unis, ceux-ci reflètent rarement la réalité ! Les EAU sont très ouverts par rapport à d’autres pays du Moyen-Orient. Les femmes locales portent le voile, mais ne se couvrent pas le visage. Les hommes portent également des habits traditionnels, une longue tenue blanche portée avec un turban. Quant aux étrangers, les contraintes sont faibles en matière d’habillement, aussi bien pour les hommes que pour les femmes ! »

Egalité professionnelle : Evolution des mentalités au travail

Pour Anne-Sophie, la place des femmes dans l’ingénierie et particulièrement dans le secteur du nucléaire est en train de se renforcer malgré une parité pour les femmes encore faible. « Pour moi, si seulement 20% des postes dans le nucléaire sont occupés par des femmes -d’après l’Association Women in Nuclear Europe -, ce n’est pas tant par sexisme que par manque de ressources disponibles. Le projet sur lequel je travaille nécessite énormément de main-d’œuvre, hommes et femmes confondus. Mais peu de femmes choisissent de se former dans ce domaine ».

Alors, pour vraiment faire progresser les choses et obtenir une plus grande parité femme / homme, je suis persuadée qu’une sensibilisation doit avoir lieu très tôt, à l’école. « De nombreuses femmes ont peur de ne pas être au niveau dans des métiers techniques » explique Amna. « Intégrer plus de projets technologiques à l’école permettrait de désacraliser l’ingénierie et de la rendre plus accessible, notamment aux jeunes filles ». Anne-Sophie confirme : « les jeunes manquent d’informations, de nombreux métiers leur sont totalement inconnus. Il faut notamment montrer aux jeunes filles que les métiers techniques ne sont pas réservés aux hommes. Et leur apprendre à ne pas avoir peur de l’inconnu et embrasser le changement. Oser changer – de métier, de pays, de culture… – est une expérience extraordinaire ».

Partager :

CET ARTICLE FAIT PARTIE DU DOSSIER :
Les femmes dans l'ingénierie

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Anne-Sophie Rodde

Responsable Projet Assystem

Amna Jelani

Ingénieure Mécanique Assystem

Nos offres
#INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Être une femme architecte en Arabie Saoudite

Fatimah AlQaisoum et Batool Al Mualem travaillent toutes deux en tant qu’architectes au sein d’Assystem Radicon, en Arabie Saoudite. À ce titre, elles prennent part à des projets tertiaires, résidenti...

Ingénieuses pour la mobilité

Femmes ingénieurs et les métiers du transport  Comme dans la construction, le secteur des transports connaît une transition profonde pour assurer un futur durable et mobile aux villes notamment. Dans ...

BTP : vous avez dit métiers d’homme ?

Femmes dans les métiers du bâtiment De la conception au démantèlement en passant par la construction, le secteur du BTP est à la fois passionnant et rude. Pour les hommes comme pour les femmes, assur...

Mixité, les femmes dans l'ingénierie

La plupart des entreprises d’ingénierie souffrent d’un manque de mixité dans leurs effectifs. Qu’a donc fait ce secteur pour paraître aussi peu attractif aux yeux de la gente féminine ? Il faut ...

Marie-Sophie Pawlak

Si vous imaginez les écoles d’ingénieurs comme un repaire de geeks réservé aux hommes, vous avez de ces préjugés que Marie-Sophie Pawlak veut abolir. Cette ingénieure de formation est à l’origine d’un...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...