Etre ingénieur au Royaume-Uni

Etre ingénieur au Royaume-Uni

3 juillet 2019
Incrediblengineers UK
Lire l'article

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire toute la différence, Fanny Fouin, une ingénieure française travaillant au Royaume-Uni depuis 5 ans, et Tom Jones, ingénieur de nationalité britannique et vice-président d’Assystem pour le développement commercial à l’international, partagent avec nous les principales similitudes et différences du métier d’ingénieur au Royaume-Uni.

Une hiérarchie stricte mais un esprit libre

Selon Fanny, la structure hiérarchique est en général bien établie dans les entreprises britanniques. « Au Royaume-Uni, si vous souhaitez parler à un cadre supérieur, il vous faudra d’abord passer par votre supérieur direct ainsi que par tous ceux qui se trouvent entre les deux. En France, les relations de travail peuvent être moins formelles. »

Les ingénieurs britanniques n’hésitent par contre pas à questionner et à faire preuve d’esprit critique vis-à-vis des idées de leurs collègues et des cadres supérieurs. Pour Tom, « si les Britanniques peuvent être perçus comme réservés dans la société, ils ne le sont pas au travail. Même dans un système hiérarchique de type « command and control », chacun se sent en droit de remettre en question une idée ou un plan de manière constructive. »

Des réunions structurées qui aboutissent à des décisions claires

Tom a remarqué qu’en Asie et au Moyen-Orient, on a tendance à éviter les conflits au cours des réunions. « Par exemple, il m’est arrivé de participer à de nombreuses réunions en Chine ou au Japon dont les comptes rendus et les décisions étaient souvent rédigés avant même la tenue de la réunion. Inversement, au Royaume-Uni, on communique généralement avant la réunion un ordre du jour détaillé et des supports à lire, mais les décisions sont prises pendant la réunion, à l’issue des débats. »

À l’autre bout du spectre, en France, en Italie ou en Espagne, les réunions sont beaucoup plus souples et détendues. Pour Fanny, « en France, les réunions sont davantage le cadre d’échanges d’idées. Et si on n’arrive pas à un accord, ce n’est pas bien grave. Même si cela peut faire un peu cliché, les Britanniques ont une approche plus pragmatique. Ils arrivent à la réunion avec une présentation préparée en amont que tout le monde a lue, avec des questions précises et un objectif clair. Les gens peuvent débattre sur des idées, mais à la fin, ils s’entendent sur un consensus que tout le monde accepte, qu’ils soient d’accord ou pas. »

L’innovation privilégiée à la technologie

Comparativement à leurs collègues en Asie, par exemple, les ingénieurs britanniques étudient plus de domaines avant de se spécialiser. Tom nous explique : « En Chine, les élèves ingénieurs ont tendance à se spécialiser dans le métier qu’ils ont choisi beaucoup plus tôt qu’au Royaume-Uni. Le système éducatif britannique encourage un apprentissage plus généraliste dans de nombreuses disciplines avant la spécialisation. Les ingénieurs développent ainsi une base de connaissances plus diversifiée mais mettent, en contrepartie, plus de temps pour devenir experts. »

Grâce à ce système éducatif axé sur le développement de connaissances variées, les équipes britanniques jouissent d’un véritable avantage concurrentiel au moment de faire preuve d’innovation pluridisciplinaire.

Séparation claire entre vie personnelle et vie professionnelle

Selon Fanny, les Britanniques accordent plus d’importance à leur vie personnelle que dans beaucoup d’autres pays. Elle nous raconte : « Lorsque j’ai commencé à travailler au Royaume-Uni, j’ai tout de suite remarqué que le cloisonnement entre vie personnelle et vie professionnelle était beaucoup plus net qu’en France, par exemple, même dans les sphères supérieures. Un salarié passe en général près de 8 heures par jour au travail, avec des horaires de travail flexibles. Et quand il quitte son poste, il laisse son travail au bureau. Cela pourrait être perçu comme un manque d’implication, mais c’est véritablement ancré dans la culture. En 5 ans de travail au Royaume-Uni, je n’ai quasiment jamais reçu d’e-mail professionnel le week-end, alors que cela m’est arrivé plus fréquemment quand j’ai commencé à travailler avec une équipe française. »

Les relations professionnelles peuvent toutefois aisément devenir plus personnelles. « Au Royaume-Uni, les ingénieurs tissent facilement des liens d’amitié et se voient souvent en dehors du travail », déclare Fanny. Les membres d’une équipe aiment aussi apporter un gâteau ou une corbeille de fruits pour leur anniversaire. C’est une autre façon de se rapprocher de leurs collègues.

Un sens de l’humour parfois sarcastique

Si vous travaillez un jour avec des Britanniques, il vous faudra peut-être accepter le sens de l’humour très pince-sans-rire de certains. Pour Tom, l’humour au travail est très important pour le développement et le bien-être de l’équipe. Soyez prévenu : « L’humour britannique peut être un peu sarcastique. Si quelqu’un dit quelque chose qui n’a absolument aucun sens tout en gardant l’air sérieux, c’est probablement qu’il plaisante ! ».

Enfin, Fanny reconnaît que les ingénieurs britanniques sont habitués à une structure, à des processus et à une méthodologie bien établis, et qu’ils peuvent parfois se sentir mal à l’aise dans un environnement plus souple et agile comme on peut en trouver en France. Mais ces caractéristiques ont aussi leurs avantages. Et au final, n’est-ce pas le résultat qui compte ?

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Tom Jones

Vice-Président du développement commercial à l’international Assystem

Fanny Fouin

Ingénieure Mécanique Assystem

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...

Datascientist : portrait-robot d’un ingénieur très recherché

C’est l’un des nouveaux métiers émanant de l’ère numérique. C’est aussi l’un des profils professionnels les plus demandés du marché, de la finance à la santé en passant par l’industrie. À la croisée d...

Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

Faut-il opter pour une méthode rapide de développement informatique du type “vite fait bien fait” ? Ou fignoler les systèmes jusque dans leurs moindres détails ? A priori, tout est histoire de timing ...

Le Grand Paris Express - Réinventer la mobilité francilienne

Quatre nouveaux métros et le prolongement de deux lignes existantes, 200 kilomètres de voies supplémentaires, 68 nouvelles gares et 7 centres techniques… Le Grand Paris Express ambitionne de réinvente...

Supersola – Legovoltaïque

Cette start-up néerlandaise a réussi à conquérir tout son monde avec son panneau solaire plug&play. À l’heure de la transition écologique, la production d’énergie doit se décentraliser, et Superso...