L’Arabie Saoudite, terre de pétrole… et d’ingénieurs

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

19 septembre 2019
Arabie Saoudite Ingénieur Vision 2030
Lire l'article

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et à diversifier son économie, les ingénieurs saoudiens sont devenus une denrée rare extrêmement convoitée par les entreprises.

Amr Fahmy et Taqiadden Almuntaser font partie de ces brigades d’ingénieurs qui sont en train de façonner l’avenir de l’Arabie Saoudite. Le premier, ingénieur mécanicien titulaire d’un MBA en management international, est le directeur du développement commercial d’Assystem. Il travaille sur de grands projets d’infrastructures dans les secteurs du tourisme et des loisirs. Le second, directeur du département BIM chez Assystem Radicon, est également maître de conférences au département génie du bâtiment de l’Université Imam Abdulrahman Bin Faisal à Dammam.

Bâtir l’avenir de l’Arabie Saoudite

Le roi l’a parfaitement compris : les ingénieurs saoudiens sont la clé de l’avenir du pays. En effet, Amr reconnaît que l’Arabie Saoudite s’est longtemps reposée – et c’est encore une réalité aujourd’hui – sur le pétrole et le gaz. Or, avec l’épuisement programmé des ressources en pétrole, le pays doit aller de l’avant et développer d’autres secteurs (tourisme, énergie, loisirs, agro-alimentaire, etc.) afin de gagner en indépendance vis-à-vis des pays étrangers. Le pays pousse actuellement les entreprises à localiser leurs industries, à créer des usines sur place au lieu d’importer des biens de l’extérieur. D’où ce besoin d’ingénieurs.

Afin de mettre en œuvre ce plan « Saudi Vision 2030 », des ingénieurs sont appelés du monde entier. Cependant, ce recrutement d’ingénieurs étrangers n’a pas vocation à durer. En effet, « Saudi Vision 2030 » met l’accent sur la population et les ressources locales. « Au cours des dernières décennies, le pays a souffert d’une pénurie d’ingénieurs saoudiens qualifiés. Nous essayons malgré tout de remédier à cette situation », explique Amr. Aujourd’hui, le nombre d’élèves ingénieurs augmente, ce qui crée en même temps de nouveaux débouchés pour les femmes pour répondre à la demande.

Cette augmentation soudaine n’est toutefois pas sans poser des problèmes. « Les ingénieurs saoudiens sont compétents mais ils peuvent parfois manquer d’expérience. Ils ont besoin de renforcer leurs capacités sur le terrain, de s’inspirer de solutions pratiques et d’ingénieurs étrangers expérimentés. De plus, ils coûtent généralement plus chers que les ingénieurs venant d’autres pays », ajoute Amr. Ainsi, pour encourager les entreprises saoudiennes à embaucher principalement des employés saoudiens, le gouvernement a mis en place un « taux de saoudisation ». Les entreprises doivent compter dans leurs rangs au moins 25, 30 ou 35 % d’employés saoudiens pour avoir le droit de participer aux appels d’offres. Pour certains projets gouvernementaux, ce taux doit également s’appliquer au niveau chaque équipe. Cette « discrimination positive » est toutefois loin d’être la seule raison qui explique pourquoi les entreprises tendent à favoriser les ingénieurs saoudiens plutôt que les étrangers.

Un avantage concurrentiel dans leur propre pays

En tant qu’enseignant et directeur, Taqiadden a remarqué un point intéressant : l’implication des ingénieurs saoudiens naît d’une motivation plus profonde que celle d’autres nationalités. « Ils ont une double responsabilité : envers leur entreprise et envers leur pays. Ils veulent tous participer au développement du pays. » Une caractéristique dont les entreprises saoudiennes peuvent tirer un vrai avantage.

De plus, selon Amr, la culture du travail informelle en Arabie Saoudite peut être perçue comme un défi pour les étrangers. « En Occident, par exemple, les réunions sont plus formelles, avec des supports diffusés en amont et des comptes-rendus envoyés par la suite. Les instructions sont claires, les cahiers des charges des offres sont parfaitement définis. En Arabie Saoudite, les affaires se font plus de manière verbale qu’à l’écrit. Les projets peuvent être volontairement ambigus. Les équipes doivent faire preuve de beaucoup d’attention, elles doivent savoir lire entre les lignes et poser des questions aux clients afin de clarifier leurs objectifs et mieux comprendre leurs attentes. »

En fait, l’intuition et les relations personnelles jouent un rôle beaucoup plus important que dans les pays occidentaux. « Les affaires touchent à quelque chose de très personnel au Moyen-Orient, même chez les personnes les plus avancées et instruites », explique Amr. « Nous devons continuellement travailler très dur pour comprendre le client et répondre à ses besoins, même si les résultats se font parfois attendre. En revanche, si un jour, nous sommes en difficulté, nous pouvons être sûrs que ce même client nous aidera. »

Enfin, et il faut le souligner, le travail ne s’arrête pas une fois que l’on a posé la dernière pierre ou la dernière couche de peinture. L’une des grandes compétences que Taqiadden enseigne à ses élèves est comment développer ses aptitudes en communication et réussir dans son métier d’ingénieur. Comme l’explique Amr, « savoir expliquer est essentiel pour qu’un projet soit considéré comme réussi. Les ingénieurs doivent faire preuve de patience et de pédagogie, en expliquant au client ce qu’ils ont fait, pourquoi et comment ils l’ont fait… ».

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Amr Fahmy

Directeur du Développement Commercial, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Egypte Assystem

Taqiadden Almuntaser

BIM Manager Assystem Radicon

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...

Datascientist : portrait-robot d’un ingénieur très recherché

C’est l’un des nouveaux métiers émanant de l’ère numérique. C’est aussi l’un des profils professionnels les plus demandés du marché, de la finance à la santé en passant par l’industrie. À la croisée d...

Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

Faut-il opter pour une méthode rapide de développement informatique du type “vite fait bien fait” ? Ou fignoler les systèmes jusque dans leurs moindres détails ? A priori, tout est histoire de timing ...

Le Grand Paris Express - Réinventer la mobilité francilienne

Quatre nouveaux métros et le prolongement de deux lignes existantes, 200 kilomètres de voies supplémentaires, 68 nouvelles gares et 7 centres techniques… Le Grand Paris Express ambitionne de réinvente...

Supersola – Legovoltaïque

Cette start-up néerlandaise a réussi à conquérir tout son monde avec son panneau solaire plug&play. À l’heure de la transition écologique, la production d’énergie doit se décentraliser, et Superso...

La 5G va changer le monde ! Pour un ingénieur, ça veut dire quoi ?

Signé par : Alexandre Colonna, fondateur de Maoré Mobile, 4e opérateur téléphonique à Mayotte, et Léon, ingénieur dans un grand groupe de téléphonie français.