Le Grand Paris Express – Réinventer la mobilité francilienne

Le Grand Paris Express - Réinventer la mobilité francilienne

16 mai 2019
Grand Paris Express Mobilité transport
Lire l'article

Quatre nouveaux métros et le prolongement de deux lignes existantes, 200 kilomètres de voies supplémentaires, 68 nouvelles gares et 7 centres techniques… Le Grand Paris Express ambitionne de réinventer la mobilité en Île-de-France, mais pas seulement ! Le plus grand projet européen d’infrastructure de transport redessine le territoire francilien, réintégrant les populations péri-urbaines à la nouvelle mégalopole Parisienne.

Tunneliers, ingénieurs, promoteurs, géographes, sociologues et entrepreneurs, tous les corps de métier s’activent pour créer le « métro du XXIème siècle ». Nous sommes partis à la rencontre de trois ingénieurs qui travaillent chaque jour à la réalisation du Grand Paris Express.

« Construire le Paris extra-muros »

Nicolas Simonin, Directeur des activités ET&I chez Assystem France, partage sa fierté de participer au plus grand projet d’infrastructure d’Europe. « Le Grand Paris Express, c’est le type de projet qu’on ne rencontre qu’une fois dans sa carrière. Les seuls équivalents actuels existent en Chine ou au Moyen-Orient. »

Attiré depuis toujours par la gestion de projet, « comme un chef d’orchestre le serait par la musique », Nicolas aime l’idée de transformer un rêve en ouvrage réel. Sa soif d’apprendre et son envie de découvrir de nouvelles régions et domaines l’ont toujours poussé à aller en terrain inconnu. « Les métiers d’ingénierie me permettent chaque jour de satisfaire ma curiosité. »

Dans le cadre du Grand Paris Express, l’enjeu n’est pas uniquement technique, mais également sociétal. « Cet ouvrage, qui allie transport, infrastructure et urbanisme, vise au désenclavement des banlieues et à la mise en relation des franciliens autour de Paris. Le Grand Paris Express construit Paris au-delà du périphérique. D’ici 2030, nous aurons doublé la capacité du métro et profondément marqué l’urbanisme de la région. » Nicolas compare l’impact du Grand Paris Express à celui d’Haussmann sous le second empire.

À titre personnel, Nicolas a longtemps pâti des problèmes de transport en Île-de-France. « Vivant près de Rambouillet, il m’était impossible de prévoir mes temps de trajet même en partant tous les jours un peu plus tôt. J’ai préféré déménager en Dordogne, et venir travailler la semaine en train à Paris. Avec la fluidité et la prédictibilité dans les transports que doit apporter le Grand Paris Express, les territoires franciliens gagneront inévitablement en attractivité. »

« Favoriser la métropole parisienne dans la concurrence que se font les capitales européennes »

Pour Claude Laborie, directeur de la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage de proximité pour la Société du Grand Paris, ce projet était indispensable pour maintenir la métropole dans la course. « Aujourd’hui, Paris représente 30% du PIB français pour un peu moins de 20% de la population nationale. Le Grand Paris Express va permettre de consolider le centre économique de la France et de rester dans la course des grandes métropoles mondiales, face à New-York et Tokyo. »

Avec une conception actuelle en étoile, les trajets de banlieue à banlieue impliquent aujourd’hui un passage obligatoire par le centre de Paris, ce qui sature les lignes et allonge les temps de transport. « Certains étudiants préfèrent s’inscrire dans une université au centre de Paris plutôt que dans une ville de banlieue proche de chez eux, mais mal desservie par les transports en commun. » Les nouvelles lignes périphériques du Grand Paris Express permettront de se déplacer plus rapidement autour de Paris sans y entrer, à la manière de la “Circle Line” à Londres. « Avec une vitesse moyenne de 55 km/h contre 21 à 39 actuellement en fonction des lignes et 49,6 pour le RER A, ce nouveau métro est un mix du métro actuel, de la ligne 14 pour son aspect automatique, et du RER pour la capacité des rames et la vitesse d’exploitation. »

Claude estime les conséquences du Grand Paris Express sur la métropole parisienne extrêmement positives. Les aéroports seront plus facilement accessibles, de nouveaux centres d’affaires vont se développer, les transports doux vont s’étoffer aux abords des gares. La métropole toute entière va gagner en attractivité. « Le métro est la partie visible du projet, mais celui-ci va modifier la ville en profondeur. Les nouvelles gares prévues ne ressemblent en rien aux stations de métro ou gares de RER actuelles. 68 nouvelles gares doivent voir le jour, et avec elles, des commerces, des hôtels, des bureaux, des cinémas… Ces nouveaux quartiers de vie sont autant de facteurs de développement économique mais aussi culturel de la région. »

« Imaginer Paris en tant que région et non plus seulement comme une ville »

Après 6 années passées dans le domaine du nucléaire, Mathieu Gay a souhaité s’impliquer dans un projet qui s’inscrivait dans le quotidien des gens. Il intervient auprès de la Société du Grand Paris pour améliorer le pilotage des coûts, des risques et des délais du projet. « Le Grand Paris Express redéfinit la mobilité en Île-de-France, redynamise les territoires et connecte les villes entre elles. Même si le projet du GPE s’inscrit dans le temps long, je peux projeter l’impact concret de mon travail sur le quotidien des franciliens ».

Pour Mathieu, le Grand Paris Express va faciliter le quotidien des franciliens au-delà du Paris intra-muros, redynamiser les territoires et connecter les villes entre elles. « Aujourd’hui, aller de Versailles à Orly prend dans le meilleur des cas une cinquantaine de minutes et nécessite de changer à plusieurs reprises de transport. À terme, le trajet durera 30 minutes sans changement. Ce nouveau métro va également permettre de désengorger les lignes du réseau historique, notamment la ligne A du RER, la ligne la plus empruntée en Europe avec plus de 300 millions de voyageurs par an et dont on atteint les limites en matière de capacité. Enfin, le GPE permettra de relier entre eux les grands pôles franciliens aujourd’hui trop isolés : Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, Orly, Saint-Denis… Les franciliens vont gagner en temps de transport, mais également en qualité de vie. »

Le Grand Paris Express change le paradigme du métro en Île-de-France. « De 2 millions de personnes réparties sur 20 arrondissements, on passe à 10 millions d’habitants à l’échelle de la région. Je me sens particulièrement concerné en tant que citoyen. La mobilité est un sujet d’avenir, la région doit pouvoir fournir une alternative crédible, fiable et non polluante à la voiture individuelle. »

Partager :

CET ARTICLE FAIT PARTIE DU DOSSIER :
Mobilité

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Claude Laborie

Directeur de Projet Assystem

Mathieu Gay

Assistance à Maîtrise d'Ouvrage Assystem

Nicolas Simonin

Vice-Président Workshare & Engineering Assystem

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équi...

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...

Datascientist : portrait-robot d’un ingénieur très recherché

C’est l’un des nouveaux métiers émanant de l’ère numérique. C’est aussi l’un des profils professionnels les plus demandés du marché, de la finance à la santé en passant par l’industrie. À la croisée d...

Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

Faut-il opter pour une méthode rapide de développement informatique du type “vite fait bien fait” ? Ou fignoler les systèmes jusque dans leurs moindres détails ? A priori, tout est histoire de timing ...