Métro, boulot, dodo… Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

3 décembre 2019
ingénierie Ingénieur vie courante
Lire l'article

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équipe, les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Marie Brun, ingénieure contrat pour la centrale nucléaire de Hinkley Point C, Richard Smith, ingénieur en construction et inspection et Édouard Gérardin, chef de projet bâtiment, nous partagent leur quotidien, multiple et protéiforme.

Du contrat au yoga, il n’y a qu’un pas

Hinkley Point C – HPC de son petit nom – est un projet d’extension de la centrale nucléaire existante de Hinkley Point dans le Somerset, en Angleterre. Lancé en 2012, il a pour objectif d’approvisionner en électricité bas carbone 6 millions de foyers, par l’ajout de 2 nouveaux réacteurs de type EPR à la centrale existante. Un projet colossal, qui rassemble quelques 4000 travailleurs et des dizaines de fournisseurs, chaperonnés par la société Edvance, filiale d’EDF. Pour garantir le respect des spécifications techniques des différents contrats passés avec les sous-traitants, Edvance fait appel à des “Contract Engineering Leads”. C’est le rôle de Marie et de son équipe.

Pour Marie, une journée banale comprend deux à trois heures de réunion technique, une heure de reporting, et une centaine d’emails à traiter. « Je suis le point d’entrée pour les huit contrats que nous gérons au sein de mon équipe. Une grosse partie de mes responsabilités consiste à m’assurer que l’information circule correctement ». Le reste du temps, Marie relit des documents, recherche des informations et échange avec de nombreux interlocuteurs. « Pour la réussite de la mission, il est crucial que je tisse mon réseau entre les différentes interfaces. Communiquer par email n’est pas toujours suffisant, je dois régulièrement appeler mes interlocuteurs, et je passe deux jours par mois à Bristol pour les rencontrer en personne ».

Au-delà de ses responsabilités techniques, Marie s’occupe également du management de son équipe et entretient une relation transparente et de confiance avec son client. Une relation même amicale, qui s’est récemment traduite par une initiation au yoga de sa part, et au Taekwondo de la part d’un de ses collègues. « Mes collègues et mon client ont tous beaucoup apprécié ».

Le recrutement d’un remplaçant occupe désormais une partie de ses journées, au détriment d’un management plus personnel. « J’aimerais passer plus de temps avec chaque personne de mon équipe, les aider à identifier leurs points forts et continuer à les faire progresser. Mon objectif serait que mon équipe soit résiliente et plus autonome sur ses tâches ». En complément, Marie s’implique dans la vie d’Assystem à travers des événements de recrutement, des conférences, son engagement au sein du programme #INCREDIBLEWOMEN, et sa récente participation au concours interne d’innovation. « Notre solution de capitalisation des retours d’expérience sur les offres réalisées pour les clients a remporté le prix de la catégorie innovation. Nous avons 6 mois pour valider le besoin, confirmer ou infirmer l’idée, et construire le projet pas à pas, coachés par des experts en intrapreneuriat ». Un planning bien chargé…

Santé des Hommes ou des matériaux, même combat

L’industrie du bâtiment, nucléaire ou de la défense ont un point commun : elles font toutes peser de fortes contraintes sur les matériaux qu’elles utilisent. Alors pour analyser leur résistance, des ingénieurs calculateurs (dont Richard Smith fait partie) modélisent ces matériaux pour ensuite les tordre dans tous les sens et identifier les risques potentiels de rupture.

Actuellement en contrat chez un client international, Richard passe une journée par semaine dans leurs bureaux pour échanger avec les ingénieurs et chefs de projet. Le reste de sa semaine, Richard le consacre à modéliser les pièces à analyser sur ordinateur et à rédiger des rapports techniques pour présenter ses résultats, afin d’améliorer les matériaux en question en phase de design, ou limiter les risques si ceux-ci ont déjà été produits. « C’est un rôle relativement autonome. Mes clients espèrent que mes conclusions valident le produit, donc à moins qu’il y ait effectivement un problème, mes analyses n’impactent pas directement le travail des autres. Cela me permet notamment de limiter le nombre de réunions, contrairement à certains de mes collègues. Par contre, j’ai besoin d’être au courant en cas de changement de design pour pouvoir intégrer ces modifications dans mes modélisations ».

Quelques heures par semaine, Richard endosse sa deuxième casquette : celle de référent santé et sécurité au travail pour tout le bâtiment et les cinquante employés qui y travaillent.
« Je fais partie de l’équipe premiers secours en matière de santé physique et mentale. Il s’agit donc d’évaluer les risques au sein du bâtiment, et de les contrer avant qu’ils ne causent un problème ». Richard s’implique également dans la vie du bureau à travers des sessions « Lunch & Learn », au cours desquelles il partage certains aspects de son travail de modélisation et de simulation, ou encore alerte sur les risques du stress sur la santé mentale. Enfin, en tant qu’ambassadeur STEM, un programme pour promouvoir les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques auprès des enfants, Richard intervient dans des écoles. «Je les aide à connaître les options à leur disposition, à leur ouvrir des perspectives pour le futur. C’est très gratifiant ! » Une manière efficace de transmettre le flambeau à la nouvelle génération.

Du technique au relationnel, l’ingénieur est sur tous les fronts

Initialement coordinateur technique spécialiste en BIM, Édouard Gérardin a récemment pris la direction de la maîtrise d’œuvre de projets de construction, sur des appels d’offre publics en majorité. « Comme je pilote quatre projets en parallèle, ma première tâche de la journée consiste à planifier mon travail et à identifier les urgences de la journée. Ces sujets nécessitant un certain degré de concentration, j’essaie de me focaliser sur deux projets maximum par jour pour éviter de m’éparpiller. Mes journées sont rythmées par les réunions techniques (environ un tiers de mon temps), la rédaction des comptes-rendus et plans d’action, le relationnel avec mes clients et les différentes sociétés cotraitantes, la gestion des équipes en interne, et toute une partie administrative : facturation, suivi de l’avancement, reporting,… » De part son expertise technique dans le BIM, Édouard est également sollicité pour répondre aux offres d’accompagnement sur des sujets de développement de maquettes numériques.

Pour Édouard, la diversité des missions et l’apprentissage continu font tout l’intérêt de son poste. « Les connaissances d’ingénierie acquises à l’école ne sont pas suffisantes. Nous sommes en permanence placés dans des situations hors de notre zone de confort. Il faut se renseigner, apprendre, et être multifonction. C’est challengeant, mais c’est ce qui me plaît ». À condition de savoir doser la quantité de travail qu’on est capable d’accepter, et de pouvoir compter sur le soutien de l’entreprise en cas de difficulté. Édouard apprécie également la dimension relationnelle de son métier. « C’est important pour moi de construire des relations de confiance, en interne comme en externe. J’aime commencer un projet avec des inconnus et le terminer en partageant un verre et en refaisant le monde avec mes collègues et clients. »

Par ailleurs, comme Marie, Édouard intervient lors de divers événements en interne (organisation d’un hackathon pour l’intégration de nouveaux stagiaires) ou externes (forums de recrutement, conférences, …). « J’apprécie ces projets annexes, cela permet d’éviter de créer une routine ».

Réunions – parfois fastidieuses –, networking, management d’équipe ou de clients, analyse, partage d’informations… Et si le point commun entre ces trois ingénieurs était la multiplicité de leurs activités et de leurs intérêts ? Une chose est sûre, ils ne s’ennuient pas !

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Marie Brun

Contract Engineering Lead pour le projet EPR HPC Assystem

Edouard Gerardin

Coordinateur Technique, BIM Management Assystem

Richard Smith

Senior Stress Engineer Assystem

ingénieur
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

Les outils numériques qui changent le métier de l'ingénieur

Sur les premières centrales construites à partir du milieu du XXème siècle, comme sur les sites nucléaires en construction dans le monde, la révolution digitale a aussi eu un impact sur les ingénieurs...

Transsibérien, nul obstacle n’est infranchissable

C’est le réseau ferroviaire le plus long du monde. Plus de 9000 km de voies majoritairement construites entre 1891 et 1916 entre Moscou et Vladivostok, afin de desservir l’immense territoire soviétiqu...

Innovation Jugaad - Le système D

L’environnement économique est de plus en plus complexe, et même pour les grandes entreprises, l’avenir est incertain. Car pour subsister il faut innover, et 50% des dirigeants mondiaux n’estiment pas...

Histoires des projets les plus fous de tous les temps

Vingt-mille lieues sous les mers L’idée d’une embarcation permettant de naviguer sous la surface de l’eau a traversé les siècles. Dès l’Antiquité, le monde sous-marin excite les passions : exploration...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...