« On m’a offert l’opportunité d’évoluer à plusieurs postes »

« On m’a offert l’opportunité d’évoluer à plusieurs postes »

20 mai 2020
#ASSYSTEMWORLDTOUR Ingénieur UK
Lire l'article

Entre France et Angleterre, Nicholas Morris vit aujourd’hui un challenge quotidien : celui de développer le business d’Assystem autour du projet d’EPR britannique Hinkley Point C. « Fascinant », selon lui. Portrait.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 31 ans. Je suis né aux Pays-Bas de deux parents britanniques qui voyageaient beaucoup pour leur travail. J’ai ensuite vécu et étudié en Angleterre. J’ai ainsi obtenu un master d’ingénierie mécanique à l’Université de Sheffield, avant d’étudier à l’INSA de Lyon. Je suis alors tombé amoureux de la France. J’ai commencé à travailler là-bas, en 2011, en tant qu’expatrié au sein du bureau d’études d’ingénierie nucléaire pour la filiale anglaise d’EDF.  En 2016, j’ai été embauché par Assystem. J’y ai eu trois rôles principaux depuis. Project manager pour soutenir le projet anglais Hinkley Point C (HPC) puis, en 2017, je suis devenu chef de projet pour le Small Modular Reactor (SMR), un projet d’innovation en interne. J’ai alors pu construire une équipe dédiée avec laquelle j’ai livré un rapport commun à la France et au Royaume-Uni lors de la World Nuclear Exhibition de juin 2018. Après quoi j’ai été nommé Responsable Commercial pour le projet HPC, rôle que j’exerce toujours.

Peux-tu nous décrire tes missions ?

Il s’agit de développer le business d’Assystem en Angleterre, et pour le projet HPC en particulier. Nous sommes partis de zéro lorsque j’ai pris le poste en 2018. Un jour je rencontre un nouveau client potentiel, un autre je fais un recrutement. Faire du business développement implique d’être polyvalent.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail ?

Le challenge ! Le fait de partir de zéro et d’obtenir la confiance du client. Au départ, nous étions deux à gérer le business pour le projet HPC localement et aujourd’hui nous sommes 50. On s’apparente donc à une start-up en phase de croissance. On doit se poser les bonnes questions, consolider notre équipe actuelle, nos finances, et gérer le recrutement et notre développement futur. C’est fascinant. Je suis en développement personnel continu.

En quoi être ingénieur chez Assystem constitue une expérience unique ?

Le fait de participer à des projets très variés et très innovants. Après avoir travaillé sur le SMR, aujourd’hui je suis de près l’évolution du projet HPC, tout en œuvrant au développement d’une équipe experte sur place : nous sommes 50 et nous prévoyons d’être 80 à la fin de l’année. Vivre cette expérience, ce n’est pas donné dans toutes les entreprises.

 Quelles compétences requiert ton poste et plus généralement le projet sur lequel tu travailles ?

Une connaissance des enjeux du pays, des opérateurs du projet, un bon relationnel, une grande ouverture d’esprit et bien sûr une expertise nucléaire. Finalement, en tant que Franco-Britannique, je dois aussi être « un pont métaphorique » entre les deux entités d’Assystem. Je peux faire preuve d’anticipation pour faciliter la communication et identifier en amont les possibles points de blocage. Le fait d’avoir baigné dans une culture internationale depuis ma naissance est, je pense, un atout.

Y a-t-il des choses à connaître avant de se rendre au Royaume-Uni ?

Même si nous sommes voisins, nous avons évidemment quelques différences. Au Royaume-Uni, on mange plus tôt par exemple et plus rapidement. Les Anglais travaillent rarement au-delà du créneau 9h-17h car ils s’arrêtent 20 minutes à midi. En termes de compétences, je dirais que les ingénieurs français abordent mieux un problème technique. En revanche, les Anglais sont souvent plus autonomes et proactifs, car les parcours académiques du pays sont construits autour de travaux en mode projet. Mais rien d’insurmontable. Au contraire, nos différences permettent à chacun de s’enrichir de l’autre.

As-tu une anecdote à nous raconter ?

Ayant vécu un tiers de ma vie en France, et partageant désormais mon quotidien entre les deux pays, je me suis aperçu que j’avais adopté quelques traits plus méditerranéens. Par exemple, je m’exprime de manière plus claire, directe et succincte qu’un Anglais qui dit qu’il est d’accord alors qu’en fait non. C’est assez marrant, car cela montre à quel point les horizons dans lesquels on évolue nous influencent.

Quels conseils donnerais-tu à un ingénieur qui souhaite s’installer au Royaume-Uni ?

Le projet HPC va se poursuivre plusieurs années encore. D’ici quelque temps, une deuxième phase nucléaire verra le jour avec Sizewell C. Les opportunités professionnelles sont donc nombreuses pour les ingénieurs. Au sein d’Assystem, ils pourront vraiment développer leur carrière en passant par deux ou trois postes sur 5 ou 6 ans par exemple. Mes seuls conseils seraient donc, de saisir les opportunités offertes par les beaux projets en cours et à venir d’une part, et d’autre part, d’être ouverts à l’idée de questionner la manière dont on a l’habitude de faire de l’ingénierie. Car ce sont des projets multipartenaires.

Ainsi on devrait toujours avoir « a questioning attitude », pour mieux répondre aux enjeux de sûreté nucléaire et sortir grandi de chaque expérience.

Partager :

CET ARTICLE FAIT PARTIE DU DOSSIER :
#ASSYSTEMWORLDTOUR

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Nicholas Morris

Ingénieur projet Assystem

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

« Travailler sur le site de construction d’une centrale nucléaire et vivre à 5 minutes à pieds de la mer »

Expatriée en Turquie, Alexia Sergeant intervient au sein du programme nucléaire ambitieux d’Akkuyu. Au-delà du challenge professionnel, cette jeune ingénieure partage un véritable coup de cœur pour un...

« Je suis au bon endroit »

Italien d’origine, Paolo Minelli a rejoint les équipes d’Assystem France en février dernier. Son rôle : manager l’équipe de data-scientist et contribuer à améliorer la performance des projets du group...

Aura-t-on toujours besoin d’ingénieurs demain ?

La question peut sembler provocante. Et pourtant. Face aux progrès fulgurants des technologies numériques, de la robotique et de l’intelligence artificielle, où se placeront les ingénieurs demain ? Co...

Non je ne suis pas un•e super-héros

Pour le commun des mortels, quand  on parle d’ingénieurs, s’impose l’image de Steve Job, inventeur du premier Macintosh et fondateur d’une entreprise désormais trillionnaire, ou encore d’Elon Musk, im...

Mais en fait c’est quoi un ingénieur ?

Ingénieur, ingénieure \ɛ̃.ʒe.njœʁ\ : de l’ancien français engigneor, constructeur d’engins de guerre. > Personne que ses connaissances rendent apte à occuper des fonctions scientifique...

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équi...

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...