Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

Quick & dirty ou orfèvrerie informatique : le duel

17 mai 2019
Management de projet
Lire l'article

Faut-il opter pour une méthode rapide de développement informatique du type “vite fait bien fait” ? Ou fignoler les systèmes jusque dans leurs moindres détails ? A priori, tout est histoire de timing et de gestion du risque. Pour comprendre les tenants et les aboutissants de ces options que tout semble opposer, Nicolas Deverge, fondateur de TeamMood et fervent adepte de la méthodologie Lean Startup, et Bernard Blanc, directeur du Développement Nucléaire chez Assystem et responsable du compte ITER, confrontent leurs points de vue sur la question.

Le développement “Quick & Dirty” d’un outil de mesure du bien-être au travail

Basée sur le design itératif et l’expérimentation, la méthodologie Lean startup est une approche de lancement de produits focalisée sur la satisfaction de la demande client. Elle préconise un investissement initial minimal. Une fois l’opportunité de marché démontrée, l’idée initiale est développée jusqu’à un stade de « produit minimum viable », sa version fonctionnelle la plus simple permettant un test en grandeur nature. Le produit sera ensuite amélioré et complété de manière itérative, en prenant en compte les retours des utilisateurs, quitte à « pivoter », jusqu’à aboutir à une version complète (à défaut de définitive).

Après avoir accompagné de nombreuses startups et les services innovation de grandes entreprises françaises sur cette méthodologie Lean Startup, Nicolas a souhaité l’expérimenter par lui-même “In Real Life”. Les idées étaient loin de lui manquer, mais comment savoir laquelle choisir ? De par ses expériences de coaching en Agilité, il part sur la construction d’un outil de type “Niko-niko” en ligne permettant de mesurer le bien-être des employés au travail. Il crée une landing-page (ou page d’atterrissage en français), recueille les adresses emails de personnes intéressées à l’aide un google doc… et constate que le sujet génère un certain engouement.

Ensuite, Nicolas interview une partie des inscrits, qui confirment leur intérêt pour l’outil imaginé. L’opportunité de marché est démontrée. Pas question pour autant de tout plaquer tant qu’il n’a pas de produit. Nicolas commence à travailler sur le projet en parallèle de son travail. À raison de 2 ou 3 heures de développement par semaine, il lui faudra 8 à 10 mois pour obtenir un premier outil utilisable, qu’il continuera de faire évoluer de manière itérative grâce aux feedbacks des utilisateurs. Pour Nicolas, “TeamMood n’aurait pas pu exister sans la méthodologie Lean Startup. Si j’avais voulu faire de l’orfèvrerie informatique, je me serais mis beaucoup trop de barrières et au final, je ne me serai jamais lancé.”

L’orfèvrerie informatique, obligatoire pour les projets complexes tels qu’ITER

Pour autant, dans certains cas, tests, contrôles et fignolages ne sont pas seulement souhaitables mais indispensables ! Programmes ferroviaires, aéronautiques, … ou nucléaires impliquent une exigence de sécurité et de maîtrise des processus que Bernard connaît bien dans le cadre des grands programmes dont il a la charge.

C’est le cas pour ITER, le programme international de construction d’un réacteur de fusion nucléaire préfigurant une centrale de production d’électricité (à la différence des centrales nucléaires actuelles à fission), porté par quelques 35 pays. Ce projet inédit a été rendu possible par une coopération scientifique mondiale unique, une mise en commun des compétences et connaissances de chaque pays participant financièrement et techniquement à la construction d’une installation d’une toute nouvelle échelle. Cette répartition permet aux états participants (Europe, Inde, Corée du Sud, Chine, Japon, US et Russie) de développer leur tissu industriel et d’être ainsi en mesure de construire et d’exploiter leur propre ITER une fois le prototype abouti. Ce projet en rupture ambitionne de révolutionner le futur de la production d’énergie pour l’humanité, et ouvre même de nouvelles perspectives en termes d’exploration spatiale. Mais il faudra attendre le prochain siècle pour voir une exploitation industrielle réellement significative. On est loin du déploiement “quick & dirty” décrit par Nicolas.

Selon Bernard, la phase de construction des bâtiments (contribution en nature de l’Europe au projet) fait appel à des compétences somme toute assez traditionnelles en ingénierie : étude de faisabilité, management de projet, résistance des matériaux, génie électrique, … Mais son unicité tient dans la taille des équipements (plusieurs dizaines de mètres de haut) et la précision des assemblages (quelques millimètres, voire moins). “L’orfèvrerie se situe à ce niveau : la taille des équipements combinée à la précision des assemblages.”

Toutefois, étant donné le caractère radicalement innovant du projet, chaque pays avance en tâtonnant dans son domaine. “On avance un peu en mode startup : un certain nombre de choses sont maîtrisées, mais d’autres ne le sont pas encore.”

L’incertitude nécessaire à la créativité et à l’innovation

Pour Nicolas, le réel intérêt du “quick & dirty” tel qu’il l’a pratiqué pour créer TeamMood réside dans le faible investissement nécessaire pour lancer un projet. “Le marché évolue continuellement. Je ne suis pas à la place de mes clients, je ne sais pas ce qu’ils veulent. La méthodologie Lean startup m’a permis de me lancer rapidement, sans avoir besoin d’investir beaucoup de temps ou de moyens. De ce fait, si je me trompais, ce n’était pas grave, je ne perdais pas grand-chose. J’ai commencé à m’impliquer dans le projet quand j’ai vu qu’il y avait un réel intérêt.”

“Au contraire, chez nombre de mes clients antérieurs, j’ai constaté qu’ils avaient tendance à construire des cathédrales avant de tester le projet auprès de son public cible. Et quand on a investi tant de temps et d’argent dans un projet, personne ne veut admettre que c’est un échec. Plus que “quick & dirty”, je parlerais de “test & learn”. La culture de l’apprentissage et de l’échec est indispensable pour innover.”

Ainsi, même pour les projets ne pouvant accepter aucun risque tels qu’ITER, dès lors qu’il existe une part d’incertitude, il devient impossible de tout planifier par avance. “Lorsque l’accord a été signé en 2005 entre les différents partenaires, de nombreux aspects restaient incertains. Le projet ITER implique de repousser les limites des connaissances des matériaux, d’inventer de nouvelles techniques et technologies. Pour un ingénieur travaillant sur ITER, ce projet est unique en matière de contribution pour le futur de l’humanité.”

Finalement, n’avons nous pas tous besoin d’incertitudes et de tâtonnement pour réellement créer et innover, que cela soit à l’échelle de quelques semaines / mois ou plusieurs décennies ? C’était bien le cas des débuts de la conquête spatiale : personne n’était sûr d’y arriver, mais la seule initiation du programme a engendré un formidable bond technologique pour les pays qui s’y sont engagés.

Partager :

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Bernard Blanc

Directeur du Développement Nucléaire Assystem

Nicolas Deverge

Fondateur TeamMood

Nos offres
##INCREDIBLENGINEERS

voir plus

PLUS D'ARTICLES

Métro, boulot, dodo... Inside la tête d’un•e ingénieur•e lors d’une journée banale

Constructeurs de ponts ou de centrales, designers, gestionnaires de projet… Mais que font-ils tous ces ingénieurs concrètement ? Entre les réunions, les rencontres avec le client, le management d’équi...

Quand je serai grand·(e), je serai ingénieur(·e) !

La popularité et la fréquentation des écoles d’ingénieurs ne se dément pas d’année en année. Pourquoi ? Qui sont les ingénieurs ? Leur parcours ? Leur quotidien ? Nous avons rencontré trois d’entre eu...

La NASA emmène le nucléaire dans l’Espace

La conquête de l’Espace est plus que jamais au centre de l’attention, avec des projets comme SpaceX ou The Stealth Space Company, mais qui de mieux que la NASA pour réaliser ce fantasme qui a traversé...

Big Data Automation

Ce n’est un secret pour personne, la Data constitue le nerf de la guerre pour de plus en plus d’entreprises. Si cela apporte bon nombre de bénéfices à qui l’utilise bien, les contraintes vont de pair ...

L’Arabie Saoudite, terre de pétrole... et d’ingénieurs

En Arabie Saoudite, être ingénieur représente bien plus que toute autre profession. Avec le plan « Saudi Vision 2030 » visant à réduire la dépendance de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du pétrole et...

Être ingénieure au pays du Corcovado

Au pays de la samba et de la caïpirinha, tout le monde est heureux… À l’image de bonhomie et d’insouciance véhiculée par les brésiliens s’oppose une réalité toute autre. Les dernières années de ...

Les ingénieurs, éternels apprentis ?

Des locomotives à vapeur aux TGV à hydrogène, des calculs manuels aux supercalculateurs, de la vision unidimensionnelle de chantier à la réalité augmentée, les objets conçus par les ingénieurs et les ...

La voiture électrique : un hic dans la transition énergétique ?

Fin 2018, seuls 200.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables étaient immatriculées en France sur un parc automobile total d’environ 40 millions de véhicules. Mais les fortes croissances des...

Etre ingénieur au Royaume-Uni

Si proche de l’Europe et pourtant isolé par la mer, le Royaume-Uni a une approche très spécifique des affaires. Des différences culturelles les plus marquantes aux petits détails qui peuvent faire tou...

Tour du monde des innovations dans le ferroviaire

En attendant l’Hyperloop , le train à ultra-grande vitesse imaginé par l’entrepreneur sud-africain Elon Musk, les entreprises du secteur ferroviaire ne sont pas en reste dans la course à l’innovation....

La digitalisation de la mobilité, un virage pour les ingénieurs

De la conception à l’usage, aucun moyen de transport n’échappe à la transformation numérique. Objectif : fluidifier le trafic, améliorer la sécurité et le confort des utilisateurs, anticiper la mainte...

D’ailleurs, le nucléaire, ça vient d’où ?

En 2018, 10,3 % des besoins électriques du globe ont été assurés par l’énergie nucléaire. L’Agence Internationale de l’Energie prévoit un doublement de la consommation électrique mondiale d’ici 2050, ...

L’Hyperloop, nouvelle proximité des territoires

Nous sommes en 2060. Les préoccupations environnementales et l’augmentation du prix du pétrole ont peu à peu poussé les particuliers à se détourner des modes de transports carbonés. Heureusement, les ...

Les ingénieurs de 60 ans sont-ils has been ?

À 61 ans, Claude Bernard ne code pas et délaisse largement les réseaux sociaux. En revanche, il peut courir le marathon en 3h30, a déménagé 32 fois en 40 ans, et a accepté en 2018 une nouvelle expatri...

Datascientist : portrait-robot d’un ingénieur très recherché

C’est l’un des nouveaux métiers émanant de l’ère numérique. C’est aussi l’un des profils professionnels les plus demandés du marché, de la finance à la santé en passant par l’industrie. À la croisée d...

Le Grand Paris Express - Réinventer la mobilité francilienne

Quatre nouveaux métros et le prolongement de deux lignes existantes, 200 kilomètres de voies supplémentaires, 68 nouvelles gares et 7 centres techniques… Le Grand Paris Express ambitionne de réinvente...